5€ de descuento en tu primera compra !Apúntate ahora!

degres-de-deficience-cognitive

Déficit cognitif : degrés et implications pour la personne affectée

18 minutos 82 views

Au fur et à mesure que le vieillissement progresse, il peut y avoir une limitation ou un déclin progressif des capacités fonctionnelles, mais cela ne signifie pas qu’il est normal de connaître une perte pathologique des fonctions.

En d’autres termes, des affections telles que la démence ou la maladie d’Alzheimer ne sont pas un processus naturel du vieillissement. Dans ce cas, nous parlons de maladies qui entraînent des troubles cognitifs. Les degrés, les symptômes et l’approche dépendront de la pathologie spécifique subie. Cette détérioration peut se produire de différentes manières. 

Il est important de garder à l’esprit que, compte tenu de l’allongement de l’espérance de vie, l’incidence et la prévalence de ce problème ont considérablement augmenté au cours des dernières décennies. 

Nous expliquons ci-dessous les bases de la déficience cognitive pour vous aider à mieux la comprendre.

Qu’est-ce qu’un trouble cognitif ?

Les troubles cognitifs désignent la perte ou l’altération de fonctions mentales telles que la mémoire, le langage, le comportement, l’orientation ou la reconnaissance visuelle.

New Call-to-action

Lorsque ces fonctions sont altérées, la réalisation des activités quotidiennes et l’interaction sociale de la personne atteinte de troubles cognitifs sont plus ou moins affectées.

Comme le vieillissement, les troubles cognitifs sont une condition hétérogène dont les causes, pas toujours claires, sont également très variables et vont bien au-delà du facteur temps.

Par exemple, l’exposition à et/ou l’accumulation de métaux lourds (tels que l’aluminium, le plomb, le mercure, l’arsenic, etc.) peut entraîner une démence d’origine métabolique. Ainsi, la toxicité des métaux lourds peut entraîner une altération des capacités cognitives, même chez les jeunes.

Cela est essentiel pour traiter le problème, ainsi que pour pouvoir mettre en œuvre toutes les mesures possibles afin de prévenir les dommages sur nos capacités. 

Dans le cas de troubles cognitifs causés par la toxicité des métaux lourds, présents à la fois dans les aliments naturels (par exemple le poisson) et dans les aliments transformés, nous pouvons prendre des mesures préventives en assurant un bon apport en silicium dans notre alimentation.

Cet oligo-élément essentiel est un chélateur de ces métaux lourds nuisibles à notre santé. En d’autres termes, il est essentiel de détoxifier l’organisme de l’aluminium, du mercure et d’autres métaux lourds, ainsi que d’empêcher leur accumulation et la détérioration des fonctions cognitives. 

Par conséquent, une bonne alimentation, une bonne hygiène de vie et l’incorporation de compléments alimentaires ou de complexes à base, par exemple, de silicium organique, nous aideront à réduire le risque de subir ce type de dommages. 

Si nous optons également pour un complément contenant de la biotine, c’est encore mieux, car celle-ci est importante pour le bon fonctionnement du système nerveux et des fonctions psychologiques.

En résumé, bien que les troubles cognitifs tendent à se manifester davantage à un âge avancé, cette affection n’est pas exclusive aux personnes âgées et, de toute façon, elle peut se présenter à des degrés et sous des formes différentes, comme nous le verrons plus loin.

Déficit cognitif : degrés de déficience

Le degré de déficience cognitive que présente une personne est essentiel pour déterminer le traitement et prévoir l’évolution du problème.

Pour cette raison, différents tests et épreuves de troubles cognitifs sont réalisés pour évaluer le niveau de déficience dont souffre la personne, qui peut être :

  • Déficience cognitive légère : 

La déficience cognitive légère implique une perte de mémoire ou une légère altération des capacités cognitives, mais n’affecte pas l’exécution des activités normales.

Lorsque ce degré de déficience existe, la personne affectée éprouve de plus grandes difficultés à se souvenir de choses et de détails qu’elle avait l’habitude de se rappeler automatiquement. Cependant, on ne peut pas dire qu’il y ait une démence ou une situation pathologique. 

Il s’agit d’un déficit subjectif, car la personne atteinte est consciente de son oubli, mais il n’est pas alarmant pour la famille et l’environnement proche.

Dans tous les cas, la personne peut continuer à mener une vie tout à fait normale, avec autonomie et indépendance. 

  • Démence légère ou déficience cognitive moyenne :

Lorsque la personne commence à percevoir des limitations ou des défaillances dans ses capacités fonctionnelles et cognitives, on parle de démence légère ou de déficience cognitive moyenne.

Par exemple, la personne affectée peut se sentir perdue ou confuse à certains moments ou éprouver plus de difficultés à se souvenir de détails spécifiques, comme une date.

Dans certains cas, il peut également y avoir un changement de comportement qui n’est pas trop évident pour l’entourage de la personne affectée, comme des changements d’humeur qui surviennent brusquement.

  • Démence modérée : 

On parle de démence modérée lorsqu’il existe déjà des troubles cognitifs considérables, perceptibles et inquiétants pour l’entourage de la personne atteinte.

La personne affectée est souvent incapable de comprendre des concepts, ainsi que d’apprendre quelque chose de nouveau. 

En outre, il existe une difficulté importante à effectuer les tâches quotidiennes et les troubles du comportement sont accentués, avec des crises fréquentes de colère ou d’anxiété.

Il est également fréquent que des épisodes de désorientation se produisent ou que la personne ne se reconnaisse pas dans l’environnement, se sentant confuse ou pas à sa place.

  • Déficience cognitive avancée : 

Lorsqu’il y a ce degré de déficience, on parle de démence sévère.

Dans ces cas, la personne touchée ne peut plus effectuer les tâches de base (manger, se laver, aller aux toilettes…) et connaît des pertes de mémoire importantes.

Il s’agit donc de situations dans lesquelles une personne ou un soignant est déjà sollicité pour aider et soigner la personne souffrant de troubles cognitifs sévères. 

Autres classifications des troubles cognitifs et de leurs degrés

Les troubles cognitifs, comme le cerveau lui-même, sont très complexes et variables.

Afin de le comprendre de manière simple, nous avons évoqué une classification de la déficience légère, moyenne, significative et avancée ou grave.

Toutefois, il convient de garder à l’esprit que les troubles cognitifs peuvent être classés de manière différente. 

Par exemple, l’échelle de déficience globale de Reisberg distingue sept degrés de déficience différents. Ceux-ci vont de l’absence de déficits (grade 1) à la maladie d’Alzheimer sévère (grade 7).

Types de troubles cognitifs

Toutes les démences ne sont pas identiques, même si elles ont en commun ou sont caractérisées par une altération du comportement et des fonctions cognitives.

Il existe différents types de déficiences cognitives ou de démences, c’est ainsi que nous désignons habituellement et génériquement ce groupe d’affections.

La progression des troubles cognitifs et les symptômes dépendront de la cause profonde et des zones du cerveau qui sont affectées. Bien qu’il existe différentes approches, les types de démence ou de troubles cognitifs peuvent être distingués comme suit :

  • En fonction de la possibilité de récupération. 

Cette distinction est simple, puisqu’elle se limite à différencier les déficiences réversibles et irréversibles. 

Les démences potentiellement réversibles seraient des situations de démence causées par des tumeurs cérébrales, des traumatismes ou des infections, entre autres. 

Les déficiences cognitives irréversibles comprennent toutes celles qui ne peuvent être guéries, comme la démence vasculaire ou les déficiences dues à différentes maladies neurodégénératives. 

  • En fonction des zones du cerveau touchées. 

Dans ce cas, avec une approche plus anatomique, on distingue trois types de démence : corticale, sous-corticale ou mixte. 

Dans les démences corticales, le cortex cérébral est principalement touché et l’exemple classique de ce type de détérioration est la maladie d’Alzheimer. 

Dans les démences sous-corticales, les zones du cerveau situées en dessous du cortex sont endommagées. Ce type d’atteinte peut provenir de pathologies telles que la maladie de Parkinson ou de Huntington.

Comme le nom l’indique, dans les démences mixtes, il y a une combinaison de différentes causes et une implication des deux zones du cerveau.

Comme vous pouvez le constater, il s’agit d’une question très complexe comportant une multitude de variantes. 

C’est pourquoi il est important de consulter un professionnel capable de vous évaluer correctement si vous détectez un quelconque type de déficience cognitive chez vous ou chez d’autres personnes.

Gardez à l’esprit que, même si nous ne pourrons pas toujours l’éviter, il y a toujours des choses que nous pouvons faire pour maintenir une bonne fonction cognitive et minimiser les risques de souffrir de troubles cognitifs. 

Lire, jouer à des jeux de société, apprendre de nouvelles choses, effectuer des tâches qui demandent un certain effort mental ou changer de routine sont des activités quotidiennes simples qui peuvent vous aider à maintenir vos capacités cognitives en bon état.

Comme nous l’avons déjà mentionné, la nutrition est également essentielle à la bonne santé du cerveau. 

Par ailleurs, nous devons protéger notre cerveau des agressions néfastes telles que l’accumulation de métaux lourds.  

Ce problème peut être résolu en augmentant l’apport en silicium organique et en biotine dans notre alimentation, ce qui peut être réalisé en incorporant un complément approprié tel que G7 Neuro Health.

Laissez un commentaire

Il n'y a pas de commentaires

​ ​