5€ de descuento en tu primera compra !Apúntate ahora!

dysbiose-intestinale

Dysbiose intestinale : qu’est-ce que c’est, comment la prévenir et comment la traiter ?

23 minutos 595 views

L’intestin est un écosystème complexe composé de milliards de bactéries. Mais saviez-vous qu’un déséquilibre de la flore intestinale peut avoir des effets néfastes sur l’ensemble de notre organisme ? Ce déséquilibre est connu sous le nom de dysbiose intestinale, un problème qui va au-delà des problèmes habituels qui nous viennent à l’esprit lorsque nous pensons aux troubles intestinaux.  La bonne nouvelle, par contre, réside dans le fait que la possibilité de prévenir ce problème et de le traiter existe et qu’elle se trouve en chacun de nous.

New Call-to-action

Qu’est-ce que la dysbiose intestinale ?

La dysbiose intestinale est un déséquilibre dans la composition du microbiote intestinal, c’est-à-dire l’ensemble des micro-organismes qui peuplent l’intestin et jouent un rôle crucial dans la digestion, l’absorption des nutriments, la production de vitamines et la protection contre les agents pathogènes.

Dans une situation saine, il existe un équilibre entre les bactéries bénéfiques et les bactéries potentiellement nocives. Toutefois, en cas de dysbiose, cet équilibre est perturbé, ce qui entraîne une surabondance de bactéries nocives ou une réduction de la quantité de bactéries bénéfiques.

Il est important de noter que les déséquilibres du microbiote peuvent avoir un impact au-delà du tube digestif. Par exemple, il a été observé que la communication bidirectionnelle entre l’intestin et le cerveau, connue sous le nom d’axe intestin-cerveau, peut influencer la santé mentale.

À cet égard, plusieurs mécanismes pourraient expliquer le lien entre la dysbiose intestinale et la dépression. L’un d’eux concerne la production de neurotransmetteurs dans l’intestin, comme la sérotonine, qui joue un rôle clé dans la régulation de l’humeur. En outre, l’inflammation chronique associée à la dysbiose peut influencer les fonctions cérébrales et contribuer aux problèmes de santé mentale.

Par ailleurs, la dysbiose intestinale peut également affecter la perméabilité intestinale, connue sous le nom d' »intestin perméable ». Cela pourrait permettre à des molécules indésirables de pénétrer dans la circulation sanguine et d’atteindre le cerveau, ce qui pourrait contribuer à l’inflammation cérébrale et aux troubles psychologiques.

Quels sont les symptômes de la dysbiose intestinale ?

dysbiose-intestinale

La dysbiose intestinale peut se manifester par divers symptômes. Toutefois, il est important de noter que, aux premiers stades, la dysbiose peut être asymptomatique.

Au fur et à mesure que la dysbiose progresse, les symptômes suivants peuvent apparaître :

  • Douleurs abdominales et troubles digestifs : les patients peuvent ressentir des douleurs abdominales, des crampes intestinales et des troubles digestifs, tels que des ballonnements et une sensation de lourdeur après les repas. Ils peuvent également ressentir des brûlures d’estomac et une sensation de brûlure dans la poitrine en raison d’un reflux acide de l’estomac vers l’œsophage.
  • Problèmes gastro-intestinaux : la dysbiose peut provoquer des troubles gastro-intestinaux, notamment des diarrhées et/ou une constipation chronique. Il convient de prêter attention à la structure des selles, qui peut changer, avec des selles mal formées et des altérations au niveau de leur consistance. De plus, des changements au niveau du transit intestinal peuvent être observés, avec une alternance d’épisodes de diarrhée et de constipation.
  • Gaz et flatulences : des gaz excessifs, des éructations et des flatulences peuvent être des symptômes de dysbiose, car le déséquilibre du microbiote peut entraîner une production anormale de gaz.
  • Malaise général et maux de tête : les patients peuvent ressentir un malaise général, de la fatigue et de la lassitude. Ces symptômes peuvent être liés à l’effet de la dysbiose sur l’absorption des nutriments.
  • Symptômes extra-intestinaux : en plus des symptômes gastro-intestinaux, certains patients peuvent présenter des symptômes qui ne sont pas directement liés au tube digestif, tels que des maux de tête et des allergies, ainsi que des problèmes de peau tels que l’acné ou l’eczéma.
  • Intolérances alimentaires : la présence d’une flore déséquilibrée peut rendre le système digestif plus sensible à certains aliments, ce qui peut entraîner des intolérances alimentaires.
  • Difficultés à perdre du poids : le déséquilibre du microbiote peut influencer le métabolisme et rendre difficile la perte de poids.
  • Infections urinaires et candidoses récurrentes : un déséquilibre du microbiote intestinal peut également entraîner des infections dues au développement de bactéries à levures. 

Il est important de noter que ces symptômes ne sont pas propres à la dysbiose intestinale et peuvent être présents du fait d’autres maladies. Il est donc nécessaire de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic précis.

Comment la dysbiose intestinale est-elle diagnostiquée ?

Le diagnostic de la dysbiose intestinale repose sur une combinaison de symptômes cliniques, de tests de laboratoire et d’études spécialisées.

Tout d’abord, le médecin recueillera les antécédents médicaux du patient, y compris ses symptômes, ses habitudes alimentaires et les médicaments qu’il a déjà pris. Il procède ensuite à un examen physique afin d’évaluer les éventuelles manifestations physiques de la dysbiose intestinale, telles que des ballonnements ou des douleurs. 

Le médecin demandera également des analyses de laboratoire pour évaluer l’état du microbiote intestinal. Ces tests peuvent inclure des analyses de selles pour détecter la présence de bactéries pathogènes, de champignons ou de parasites, ainsi que pour évaluer la composition et la diversité du microbiote intestinal. Des analyses de sang peuvent également être demandées pour évaluer les paramètres inflammatoires et la fonction hépatique, car la dysbiose intestinale peut être associée à une inflammation chronique et à un dysfonctionnement hépatique.

dysbiose-intestinale

Des tests spécialisés peuvent également être réalisés, comme le test de perméabilité intestinale, qui évalue l’intégrité des barrières intestinales. En effet, une perméabilité intestinale accrue peut indiquer la présence d’une dysbiose intestinale. Un test d’intolérance alimentaire peut également être demandé. Ce test permettra d’identifier les aliments spécifiques susceptibles de déclencher une dysbiose.

Quelles sont les causes de la dysbiose intestinale ?

Les causes de la dysbiose intestinale sont diverses et peuvent être liées à plusieurs facteurs qui affectent l’équilibre du microbiote dans l’intestin. Parmi les causes les plus courantes, citons :

  • Une mauvaise alimentation : une alimentation riche en sucres raffinés, en aliments transformés et pauvre en fibres peut favoriser la croissance de bactéries nocives dans l’intestin, ce qui perturbe l’équilibre du microbiote.
  • Utilisation d’antibiotiques : les antibiotiques, surtout lorsqu’ils sont utilisés de manière chronique ou inutile, peuvent tuer non seulement les bactéries nocives, mais aussi les bactéries bénéfiques présentes dans l’intestin, ce qui peut entraîner des déséquilibres. En fait, l’une des principales causes de dysbiose est l’utilisation excessive d’antibiotiques.
  • Stress : le stress chronique peut affecter la fonction intestinale et modifier la composition du microbiote. En fait, un stress prolongé peut avoir un effet négatif sur le système immunitaire et la fonction intestinale. Cela peut favoriser la croissance de bactéries nocives et supprimer les bactéries bénéfiques.
  • Maladies inflammatoires : les problèmes de santé affectant le système digestif, tels que les maladies inflammatoires de l’intestin, le syndrome du côlon irritable et la maladie cœliaque, peuvent perturber l’équilibre du microbiote.
  • Infections : les infections intestinales aiguës peuvent altérer temporairement la composition du microbiote et, dans certains cas, cette altération peut persister après l’infection.
  • Consommation excessive d’alcool : la consommation excessive d’alcool peut endommager la muqueuse intestinale et favoriser la prolifération de bactéries indésirables.
  • Mode de vie malsain : des facteurs tels que le manque d’exercice, le tabagisme et le manque de sommeil peuvent également contribuer à la dysbiose.
  • Vieillissement : avec l’âge, il peut y avoir une diminution de la diversité et surabondance des bactéries bénéfiques dans l’intestin.
  • Les maladies chroniques : certaines maladies chroniques, telles que le diabète, l’obésité et les maladies métaboliques, ont été associées à des modifications du microbiote intestinal.
  • Les facteurs environnementaux : l’exposition aux polluants environnementaux et aux produits chimiques peut également influencer la santé du microbiote intestinal.

Il convient de souligner que la dysbiose intestinale peut être causée par une combinaison de facteurs et que chaque individu peut réagir différemment. Toutefois, cette circonstance facilite la prévention de ce problème de santé. Nous y reviendrons plus loin.  

dysbiose-intestinale

Comment prévenir la dysbiose intestinale ?

Il existe quelques mesures pour prévenir la dysbiose intestinale. L’une des plus importantes consiste à adopter une alimentation équilibrée et riche en fibres. La raison principale est que les fibres aident à nourrir les bactéries bénéfiques de notre intestin, favorisant ainsi un environnement sain. À cette fin, il est important de veiller à inclure des aliments tels que les fruits, les légumes, les céréales complètes et les légumineuses dans votre alimentation quotidienne.

De plus, il est essentiel d’éviter la consommation excessive d’aliments transformés riches en sucres raffinés. Ceux-ci peuvent nourrir des bactéries nocives et contribuer à un déséquilibre du microbiote.

Un autre moyen de prévenir la dysbiose intestinale est d’éviter l’utilisation inconsidérée d’antibiotiques. Ces médicaments peuvent être nécessaires dans certains cas, mais leur utilisation excessive peut également tuer les bactéries bénéfiques et provoquer une dysbiose. Il est donc important de n’utiliser ces médicaments que lorsqu’ils sont vraiment nécessaires et sous contrôle médical.

Il est également conseillé de consommer des aliments fermentés, tels que le yaourt, le kéfir ou la choucroute. Ces aliments contiennent des bactéries bénéfiques qui peuvent contribuer à renforcer la santé intestinale.

Il est également important de réduire le stress et d’adopter un mode de vie sain en général. Le stress chronique peut avoir des effets négatifs sur le microbiote intestinal. Il est donc important de trouver des moyens de gérer et de réduire le stress, par exemple en pratiquant des techniques de relaxation, en faisant de l’exercice régulièrement et en dormant suffisamment.  Par ailleurs, certaines recherches montrent que le yoga et la méditation peuvent aider l’organisme à absorber les nutriments. Ils peuvent également augmenter le flux sanguin vers le cerveau et vers l’intestin. Ceci, en plus de la prévention, peut réduire certains des symptômes de la dysbiose.

Traitement de la dysbiose intestinale

Le traitement de la dysbiose intestinale implique généralement une approche en deux étapes : l’élimination des bactéries pathogènes et le repeuplement du microbiote à l’aide de probiotiques.

Élimination des bactéries pathogènes

 Dans la phase initiale du traitement de la dysbiose intestinale, l’objectif est de réduire ou d’éliminer les bactéries pathogènes ou nocives à l’origine du déséquilibre du microbiote intestinal.

Cet objectif peut être atteint grâce à plusieurs approches :

  • Changements alimentaires : il s’agit d’éliminer ou de réduire la consommation d’aliments susceptibles de nourrir les bactéries pathogènes, tels que les sucres raffinés et les glucides simples.
  • Utilisation d’antibiotiques spécifiques : dans les cas les plus graves, des antibiotiques spécifiques peuvent être prescrits pour tuer les bactéries nocives. Il convient toutefois de faire preuve de prudence afin de ne pas nuire aux bactéries bénéfiques.

 Reconstitution à l’aide de probiotiques

Une fois la présence de bactéries pathogènes réduite, le microbiote intestinal est repeuplé par des bactéries bénéfiques. Les probiotiques sont utilisés à cette fin. Les probiotiques sont des micro-organismes vivants qui ont un impact positif sur la santé intestinale.

À ce stade, il est nécessaire de prendre en compte les éléments suivants : 

  • La sélection de probiotiques adaptés : il est important de choisir des probiotiques qui contiennent des souches spécifiques de bactéries bénéfiques dont les effets positifs sur la santé intestinale ont été démontrés. 
  • Dosage et durée du traitement : le dosage et la durée du traitement probiotique peuvent varier en fonction de la situation de chacun. Il est donc conseillé de suivre les instructions de votre médecin. 

Mode de vie et santé intestinale

La santé intestinale va au-delà de l’alimentation : elle est le reflet d’un mode de vie équilibré. À cette fin, il est très utile de prendre des habitudes alimentaires saines et d’introduire des habitudes qui nous aident à gérer le stress.  De plus, le fait d’entretenir des relations sociales saines et de s’entourer d’un environnement naturel contribue à notre bien-être général.

New Call-to-action

Laissez un commentaire

Il n'y a pas de commentaires

​ ​